514.282.1161

L’hyperadrénocorticisme chez le chien (Cushing)

La glande surrénalienne sécrète plusieurs substances essentielles pour le bon fonctionnement de l’organisme (dont le cortisol, qui est l’hormone de stress). L’hyperadrénocorticisme (syndrome de Cushing) est un désordre métabolique causé par une production chronique et excessive de cortisol par la glande surrénalienne.

Pour 85% des chiens souffrant de cette maladie, la quantité excessive de cortisol est due à un mauvais fonctionnement de l’hypophyse (glande située au cerveau, contrôlant la glande surrénalienne). Dans 15% des cas, la maladie est causée par la glande surrénale elle-même (habituellement, il s’agit d’une tumeur).

Quoique l’âge d’apparition soit très variable d’un chien à l’autre, les premiers signes cliniques tendent à se produire vers l’âge de 8 ans. L’hyperadrénocorticisme est une maladie qui progresse lentement et dont les symptômes sont très variables. Les signes cliniques les plus communs de cette maladie sont : un animal qui boit et urine plus fréquemment, augmentation de l’appétit, abdomen penduleux, perte de poils symétrique et bilatérale, léthargie et faiblesse musculaire (dues à une fonte musculaire).

Diagnostic

Le diagnostic de la maladie repose sur plusieurs points spécifiques : les signes cliniques, certains changements à l’analyse sanguine et le résultat de différents tests qui servent à confirmer l’hyperadrénocorticisme et à localiser l’origine du problème. Lorsque c’est confirmé, des tests supplémentaires sont recommandés afin de voir les répercussions de la maladie et ainsi trouver le traitement le plus approprié : prise de la pression sanguine. Avec toutes ces informations en main, le traitement le plus adéquat pourra être débuté.

Traitement

Le traitement de l’hypoadrénocorticisme dépend de la localisation du problème.

  • Lors d’un problème hypophysaire (85% des cas) : traitement médical à base de comprimé. Ce médicament cause une destruction sélective de la région de la glande surrénalienne qui sécrète le cortisol. Dépendamment de votre budget et de l’état de santé de votre animal, votre vétérinaire pourra vous conseillé le traitement le plus adapté à sa condition.
  • Lors d’une tumeur surrénalienne: excision chirurgicale de la glande atteinte et administration temporaire de cortisone à faible dose, le temps que la glande restante réapprenne à fonctionner normalement.

Lorsque le traitement sera commencé, la consommation d’eau devrait revenir à la normal (il faudrait avoir préalablement déterminé sa consommation d’eau quotidienne pour en assurer le suivi). Aussi, vous devriez observer une diminution d’appétit. Il est recommandé de nourrir votre chien 2 fois par jour lors des premières semaines de traitement. Ainsi, il sera plus facile de noter une baisse d’appétit. Si votre chien saute un repas, communiquez avec votre vétérinaire.

Des prises de sang périodiques vous seront recommandées, selon le cas, afin d’évaluer l’efficacité du traitement.

Il est conseillé de toujours avoir de la cortisone sous la main à la maison. En effet, si vous notez un des symptômes suivants : perte d’appétit, léthargie, faiblesse, vomissements et diarrhée, vous devrez administrer une faible dose de cortisone et cesser l’administration de la médication. Ces symptômes sont dus à une production insuffisante de cortisol.

Pronostic

Finalement, il est important de parler du pronostic de la maladie :

  • Lorsqu’il s’agit d’un problème hypophysaire, l’espérance de vie de l’animal avec un traitement adéquat peut être de plusieurs années.
  • Lorsqu’il s’agit d’une tumeur surrénalienne, le pronostic dépend de la malignité de la tumeur. Il est excellent si la tumeur est bénigne.